Back to Basics: le chef-d’oeuvre de Christina Aguilera – Disc 1

Back to Basics est selon moi le meilleur album de Christina Aguilera. Sorti en 2006, ce disque rend hommage aux artistes jazz/soul qui ont marqué la chanteuse américaine. L’opus est également dédié à son ex-époux Jordan Bratman (ils étaient mariés à l’époque), dont plusieurs chansons en font référence.
L’album est en totale contradiction avec le précédent, Stripped. On y découvre une Christina Aguilera mature, tout juste mariée, à l’opposé de la jeune femme rebelle des années 2002-2003.

Back to Basics est composé de deux disques. Cet article est centré sur le 1er, le prochain sera accès sur le second.

Le 1er disque comporte en quasi totalité des « samples », c’est-à-dire des extraits vocaux/musicaux issus de chansons déjà existantes. Dans cet album, il s’agit en particulier de sons jazz/soul, le tout est arrangé par le célèbre producteur DJ Premier (le DJ/musicien Mark Ronson, que l’on ne présente plus, ainsi que d’autres artistes apportent également leurs touches).
Nous noterons par exemple l’utilisation de la mélodie issue du film musical français Les Choristes(Vois sur ton chemin), pour la ballade Oh mother, morceau dédié à la mère de Christina Aguilera.
Un des titres les plus réussis de ce disque est le gospel Makes me wanna pray, incorporant un instrumental composé par Steve Winwood.
De cette première partie musicale ressortent des chansons de R’n’B modernes, teintées de sonorités anciennes.

Pour découvrir tous les sons empruntés, je vous invite à les écouter ici.

Le principe de « sampler » des chansons est un exercice difficile, car il ne faut pas tomber dans le piège de « l’extrait qui fait tout le travail à la place de l’artiste ». L’exemple le plus parlant est la chanson des années 90 Butterfly, qui utilisait un riff du groupe Red Hot Chilli Peppers.

Sur « Back to Basics Disc 1 » (13 chansons), Christina Aguilera ne se contente pas de simplement réutiliser des musiques. Plusieurs éléments sont à remarquer :

  • Utilisation de sons non forcément connus du grand public
  • Réarrangement des extraits empruntés
  • Création de mélodies et de paroles pour accompagner les sons utilisés
  • Mise en avant des qualités vocales de l’artiste
  • Association de plusieurs samples dans un même titre

La voix de Christina Aguilera ne connaît aucun défaut sur l’album, bien que de nombreuses personnes du grand public reprocheront une voix trop criarde.

Les thèmes abordés dans ce disque étaient essentiellement liés à la nouvelle vie d’épouse de Christina Aguilera, comme en témoigna le 1er single de l’album Ain’t no other man, déclaration à Jordan Bratman.

Pour autant, l’artiste n’a pas laissé de côté la femme sexy qui était en elle, et le rappela dans Still dirrty.
La chanteuse a également offert un message de remerciement à ses fans, sur le titre Thank you, qui compile des témoignages audio de ses admirateurs.

En conclusion, Ce premier disque est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir de nombreux titres de jazz, et permet à Christina Aguilera d’avoir le respect des plus grands de sa profession.
Si vous venez de découvrir l’album, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires. Les connaisseurs sont également les bienvenus !

©Backtochristina